Pourquoi s’engager dans une démarche de compensation carbone volontaire ?

Publié le lundi 01 février 2021 à 17:27 , mis à jour le vendredi 05 mars 2021
2 mins

Les impacts du réchauffement climatique sur notre planète sont préoccupants. Si nous poursuivons sur la trajectoire actuelle, un réchauffement de +4,8° d’ici 2100 est à craindre (source : GIEC), ce qui serait évidemment une catastrophe. Politiques, citoyens ou entreprises, cette problématique concerne tout un chacun sans distinction. Des actions sont possibles pour diminuer les effets de nos émissions de gaz à effet de serre, notamment l’engagement dans une démarche de compensation carbone volontaire.

Mobilité réduite, alimentation locale ou bio, achat raisonné, tri et recyclage des déchets… nous sommes en tant qu’individus de plus en plus nombreux à changer nos comportements et nos habitudes pour contribuer à limiter notre production de CO2 et ainsi limiter le réchauffement climatique. Toutefois, ne plus émettre de gaz à effet de serre (GES) semble utopique, l’objectif aujourd’hui est de ne pas émettre plus de GES que ce que notre planète peut absorber.
La compensation carbone est le moyen d’obtenir cette neutralité, ou tout du moins de tendre vers celle-ci.

Qu’est-ce que la compensation carbone ?

Le principe est d’investir dans des projets d’efficacité énergétique afin de compenser les émissions de GES incompressible de sa structure.
Concernant plus particulièrement les entreprises, depuis le protocole de Kyoto (1997), les États signataires et les entreprises qui n’ont pas pu réduire suffisamment leurs émissions de GES sont dans l’obligation de les compenser par le financement de projets de réduction d’autres émissions de CO2 ou de séquestration de carbone.
Ce marché carbone réglementé (et obligatoire) concerne les cinq secteurs considérés comme les plus polluants : production d’électricité, acier, papier, raffinage, verre.

Une démarche de compensation volontaire

Fort heureusement, de nombreuses industries d’autres secteurs ont fait le choix délibéré de s’inscrire dans une démarche de compensation volontaire.

Au sein d’OpenStudio, nous sommes conscients des défis écologiques actuels, c’est pourquoi nous avons décidé d’entreprendre cette démarche volontaire, avec l’objectif d’obtenir le label Bas Carbone. Dans le cadre de ce projet important, nous avons choisi l’entreprise France Nouvelles Energies, dirigée par Luc Poyet, pour nous accompagner et nous conseiller tout au long de ce parcours vers la neutralité carbone.
La première étape sera de réaliser notre propre Bilan Carbone, pour mesurer et calculer nos émissions de GES sur l’ensemble de notre chaîne de valeur, que nous publierons sur la base de l’ADEME. Nous continuerons ensuite la démarche dans une trajectoire bas carbone, incluant un plan d’économies d’énergies pour réduire au maximum nos émissions de GES.
Enfin, toutes nos émissions de GES résiduelles impossibles à réduire seront compensées (contribuées est un terme plus juste) par la mise en place d’un programme de compensation labellisé, français, et proposant une réelle approche “développement durable”.

Un site internet dédié à la compensation carbone volontaire

En mars 2021, OpenStudio a initié le projet « Capitaine Carbone » pour mettre en synergie les acteurs de la compensation carbone. A travers des reportages et de interviews ce site internet offre un panorama des technologies et des solutions de compensation.